La Famille du Collectionneur
Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 5 septembre 2016
Collectionneurs de babioles ou amateurs d'art, avides de posséder de manière compulsive ou calculateurs avisés de placements juteux, tous les types d'êtres humains peuvent se prévaloir de ce qui est souvent une véritable passion. Cette pièce met en scène un exemplaire... assez tordu.

Anselme/Alexandre von Sivers, collectionneur passionné de médailles et autres antiquités, dilapide la fortune familiale en objets anciens qu'il croit rares et précieux, ignorant ce qu'il en est de leur réelle authenticité.

Pour sauver la famille de la ruine, lui, le Comte Anselme, se résout à marier son fils unique Emmanuel-Philibert/Valéry Stasser, à une roturière fortunée, Dorothée/Aurélia Bonta, fille d'un riche commerçant, Monsieur Valmy/John Dobrynine.

Son arrivée dans la maisonnée - qui s'accompagne d'une très belle dot - ne suscite que le rejet méprisant de sa belle-mère, Isabella/ Cécile Van Snick, et l'indifférence de son beau-père, Anselme tout à ses chères "collections".
 
Et ce seront des guéguerres incessantes, entre la "vieille" aristocrate et la jeune parvenue, alimentées par des serviteurs roublards, Sylvio/Emmanuel Guillaume et Agatha/Manon Hanseeuw, et des conseillers intrigants: le Docteur Bassette/Toni D’Antonio pour Isabella et Monsieur Delbosco/Nicolas Ossowski pour Dorothée.

Serviteurs et petit escroc, Gigi/Maroine Amimi, trouveront en Anselme une proie facile, tandis que le père de Dorothée fera figure d'homme de bon sens, de médiateur généreux. Il est bien le seul à ne pas penser qu'à lui.

Sous les personnages de comédie bourgeoise à la Molière, on retrouve encore les types classiques bien connus de cette commedia dell'arte que Goldoni entendait réformer : valet et soubrette, bourgeois opulent et noble ridicule...

Avec le souci de faire tomber les masques (au propre comme au figuré), celui de railler davantage les habitudes de son époque, et d'apporter un texte de comédie plutôt qu'une succession de scènes comiques sur un vague canevas, Carlo Goldoni (1707-1793) réussit le pari de traverser les époques et de garder toute sa pertinence.
 
Il les doit à une adaptation, une mise en scène et une direction d'acteurs de Daniela Bisconti, qui en cumulant les fonctions assure un résultat tout à fait homogène.

"Analyste du coeur humain"...

L'appât du gain, le besoin de gloriole, le souci des apparences, le respect des convenances, l'égoïsme des protagonistes... tout cela n'est pas l'apanage d'une époque précise, et si l'action est située dans une autre époque que la nôtre, c'est davantage pour justifier une adaptation du texte et pour marquer un décalage par rapport à certaines situations un peu désuètes.

Avec la scénographie, due au duo Charly Kleinermann et Thibaut De Coster, se marque l'intemporalité de l'ensemble malgré un petit air "années cinquante" et un ton général proche du burlesque (maquillages, coiffures en pétard, attitudes et déplacements improbables...).

Notons que la pièce ("La famiglia dell'antiquario") date des années 50, mais... 1750, et qu'elle fut la première d'une bonne quinzaine en une saison ! Celle-ci n'est ni la plus connue, ni la plus réussie de toutes celles dues à cet auteur italien - "Vénitien de Paris"- qui fut prolixe autant que novateur. Elle n'est qu'un pan d'une vaste fresque qui peint le monde et ses travers ordinaires.

Des bouffées sonores (son de Laurent Beumier) et des flashes de lumière (d'Alain Collet) accompagnent les changements de scènes en soulignant avec humour le côté satirique de l'ensemble. Et à côté des comédiens chevronnés et bien connus, on découvre de nouvelles têtes qui, loin de démériter, s'inscrivent fort bien dans le rythme soutenu général.

Constituant le fond de scène, un grand mur fait de caches et de trappes, présente aussi sur le devant deux praticables en gradins qui se font face et entourent une grande porte à deux battants. Le décor fait irrésistiblement penser à celui imaginé par  Michiel Voet pour le KVS alors qu'il ne s'agissait pas du tout d'une comédie légère !

Rencontre de grands esprits créatifs ...mais ici, les tiroirs-à-lourds-secrets ont fait place à des boîtes à surprises. Elles ne manqueront pas, et de toutes sortes, tout au long d'un spectacle de près de deux heures qui passent allègrement, compte non tenu de quelques longueurs et répétitions de situations.   

Bruxelles - Belgique Du 01/09/2016 au 08/10/2016 à ma-sa: 20h30 Théâtre Le Public rue Braemt 64-70, 1210 Bruxelles Téléphone : 0800.944.44 . Site du théâtre Réserver  

La Famille du Collectionneur

de Carlo Goldoni

Comédie Théâtre
Mise en scène : Daniela Bisconti
 
Avec : Maroine Amimi, Aurélia Bonta, Toni D’Antonio, John Dobrynine, Emmanuel Guillaume, Manon Hanseeuw, Frédéric Lepers, Nicolas Ossowski, Valéry Stasser, Cécile Van Snick, Alexandre von Sivers

Adaptation: Daniela Bisconti.
Assistanat: Agathe Cornez

Scénographie, costumes : Charly Kleinermann, Thibaut De Coster - Construction décor: Laurent Notte, Jean-Philippe Hardy, Louis Eylenbosch                                                                                                                                                    Confection des costumes: Sarah Duvert, Charly Kleinermann, Thibaut De Coster
Décor sonore: Laurent Beumier
Lumière: Alain Collet
Maquillage: Martine Lemaire
Régie: Pierre Hendrickx - Stagiaires régie: Martin Celis, Gaël Genette

Durée : 1h45 Photo : © Véronique Vercheval  

Création: Atelier Théâtre Jean Vilar, Louvain-la-Neuve (BE)
Soutiens: lProvince du Brabant Wallon, Centre des Arts Scéniques

Autre version d'un Goldoni: http://ruedutheatre.eu/article/2024/la-serva-amorosa/
Autre version d'un décor: http://ruedutheatre.eu/article/3174/apercu-de-l-inconnu/?symfony=cd6e029babc7dc0f4b24f93e62a34441