Publié le 21 septembre 2019
Katie Mitchell met en scène « Orlando », de Virginia Woolf, avec l’excellente Schaubühne de Berlin. Grâce à la vidéo, elle démultiplie les effets comiques du roman furieusement anti-conventionnel.

On se souvient d’Orlando monté par Bob Wilson dans ce même Odéon avec Isabelle Huppert en 1993. Le metteur en scène et l’actrice y développaient une vision très codée, sur le mode kabuki, du héros énigmatique peint par Virginia Woolf, dans son bref roman paru en 1928. Tout autre est la manière de Katie Mitchell avec la troupe, toujours aussi bluffante, de la Schaubühne de Berlin dans ce spectacle coproduit par l’Odéon.

Selon un procédé éprouvé, la metteure en scène fait filmer sur scène les tableaux de cette biographie imaginaire et parodique, histoire drolatique d’un jeune noble anglais piqué de littérature, au sexe douteux, entré à la cour de la reine Elizabeth 1re, à la fin du XVIe siècle. Simultanément, les images de ses péripéties jouées sur scènes sont projetées sur un écran géant au-dessus du plateau. On suit ainsi sur deux niveaux l’itinéraire de l’être fantasque, qui, suite à une déception amoureuse, s’exile à Constantinople, et pique un petit roupillon (évalué à trois siècles…) avant de revenir à Londres toujours aussi jeune et fringant mais en femme, pile en 1928, année de la parution du livre. A travers une fenêtre ouverte sur le coin haut de la scène, côté cour, on voit la lectrice qui lit magnifiquement en allemand (surtitré) le texte de Virginia Woolf, donnant  à sa lecture tout le piquant requis par la description de l’insaisissable Orlando, personnage inspiré(e) par Vita Sackville-West, romancière avec laquelle Virginia Woolf entretenait une liaison fiévreuse (voir les extraits de leur  correspondance dans le livret donné à l’entrée de la salle).

Mais les séquences filmées sur scène pendant qu’elles sont jouées ne sont pas les seules. S’y ajoutent des scènes hors champ filmées en extérieur où Orlando, écolo avant l’heure, exprime son enthousiasme pour les curiosités, les beautés de la nature. Le tout est mixé allègrement, les séquences alternent à un rythme soutenu, si bien que le récit prend une tournure picaresque, les aventures se succédant bon train. Très transgenre, Jenny König, l’actrice qui joue le rôle d’Orlando, souvent filmée en gros plans, donne au spectacle une allure cocasse de film muet, ponctué de gags à la Buster Keaton. Et les autres comédiens ne lui cèdent en rien sur la verve comique.

Comme par magie

On reste admiratif devant la dextérité et la célérité avec laquelle la troupe berlinoise passe d’une séquence à l’autre, installant et faisant disparaître tels ou tels décors comme par magie. Parmi ceux-ci, rien moins qu’une carlingue d’avion et deux rangées de siège où Orlando prend place lors de son voyage retour de Constantinople à Londres. Sans parler de l’agilité avec laquelle l’équipe de tournage manie l’imposant matériel audio-visuel necessaire, dont une caméra sur des rails traversant l’avant-scène pour les travellings. Sans parler non plus des éclairagistes qui découpent sur scène des sortes de vignettes de BD laissant dans l’ombre les machinistes affairés. Au salut, on s’aperçoit de l’abondance du personnel dont dispose la troupe, apparemment richement dotée.

Au-delà du procédé vidéo systématique un peu lassant (de la scène à l’écran, on ne se jamais où ni quoi regarder), on s’amuse beaucoup à ce spectacle qui, fidèle à l’esprit de Virginia Woolf, tourne en dérision les conventions de la  société patriarcale, de la morale bourgeoise et de la littérature. Mais aussi, et c’est son originalité, les conventions de la représentation et du théâtre.



Source : www.ruedutheatre.eu Suivez-nous sur twitter : @ruedutheatre et facebook : facebook.com/ruedutheatre
Paris Du 20/09/2019 au 29/09/2019 à 20h Odéon Théâtre de l'Europe Place de l'Odéon Téléphone : 01 44 85 40 40. Site du théâtre

Dimanche à 15h

Réserver  

Orlando

de Virginia Woolf

Théâtre
Mise en scène : Katie Mitchell
 
Avec : Ilknur Bahadir, Philip Dechamps, Cathlen Gawlich, Carolin Haupt, Jenny König, Alessa Llinares, Isabelle Redfern, Konrad Singer Aubert

Adaptation : Alice Birch
Traduction : Gerhild Steinbuch
Collaboration artistique : Lily McLeish
Scénographie : Alex Eales
Costumes Sussie Juhlin-Wahlen
Conception visuelle : Grant Gee
Vidéo : Ingi Bekk
Collaboration à la vidéo : Ellie Thompson
Son : Melanie Wilson
Lumière : Anthony Doran
Dramaturgie :
Nils Haarmann
Caméras : Nadja Krüger et Sebastian Pircher
Perchiste : Kessisoglou

Durée : 1h50 Photo : © Stephen Cummiskey