Publié le 13 février 2015
Le vent du Nord glacial qui charrie racisme, exclusion, peut donner des idées nostalgiques à certains qui rêvent de soleil : récit multimedia d'un "voyage en solitaire", un exode à l'envers de ceux généralement observés.

Le spectacle commence par une scène-choc, un fait-divers brutal et authentique : en 2011, dans un parc de Berlin sous la pluie, un homme, un Noir qui parait désorienté, est ratrappé par la police avec le butin de son braquage d'une banque. Il s'apelle Michalak, est de nationalité autrichienne et c'est un récidiviste. C'est la prison qui l'attend mais il bénéficiera d'un petit miracle: la clémence de ses juges qui iront jusqu'à, sa peine accomplie, lui donner son billet d'avion: "going home"...

Pour comprendre l'histoire de Michalak/Dorcy Rugamba, il faut remonter à l'adoption par un couple autrichien d'un enfant africain abandonné. C'est là que s'est joué son destin. De là date son déracinement, ce sentiment, vague au début, de n'être pas à sa place ici-bas. La suite du spectacle va montrer sa grande cavale de jeune délinquant en fuite et en errance, de Salzbourg à Addis Abeba, fuyant un pays qu'il ne ressent pas comme le sien.

Dans ce qui pourrait bien relever d'une Quête, identitaire, intérieure et morale, il va rencontrer l'alcool, la drogue, la dépression... mille difficultés, se heurter notamment à des institutions comme l’administration, la police, la justice... Il ne fut d'abord qu'un jeune ado en fugue, révolté contre ses parents, rêvant de vie plus chaleureuse dans tous les sens...

Ce sera la galère; il vivra de petits boulots, échouera dans un bordel, et puis il va commettre un peu au hasard, le premier de ses deux braquages, avec un révolver factice. Lui-même étonné du résultat facile, il s'embarque, des billets plein les poches, pour le premier vol vers l'Afrique, vers Addis Abeba, un nom qui sonne bien à ses oreilles...

Arrivé en Ethiopie, il  découvrira peu à peu la beauté du pays, la chaleur de ses habitants dans un village reculé, comme préservé des artifices de la vie moderne. Il y trouvera un mode de vie juste et épanouissant, une famille à fonder, une passion pour le café... (et en même temps l'injustice de sa production-exportation).

Il aura suffi d'un banal contrôle pour que le passé le ratrappe et qu'il retrouve l'Europe, bien malgré lui. Il poursuivra néanmoins obstinément son projet de retrouver ce qui est désormais "chez lui", l'Ethiopie.
Michalak ne sait pas s'il est réellement Éthiopien mais pour un Africain, l'Éthiopie est une terre mythique, très ancienne, pure de toute colonisation (mis à part un essai de 5 ans par l'Italie de Mussolini). "L'Ethiopie, c'est son Amérique à lui, et tant pis si c'est très dur pour lui"... il ira jusqu'au bout de son rêve.

"Raconter une histoire à hauteur d'homme"...

S'inspirant de faits réels, Vincent Hennebicq, jeune acteur-auteur-metteur en scène parmi les plus doués de sa génération, a été touché par la singularité de ce cas hors normes, celui d'un jeune homme rencontré dans un tribunal alors qu'il préparait un spectacle (la pièce "Tribunaal" de Jos Verbist et Raven Ruëll).

Il s'est rendu en Afrique, en Ethiopie, accompagné de l'acteur qu'il s'était choisi, Dorcy Rugamba, et d'un réalisateur photo, Olivier Boonjing, pour, à partir de ce matériau de base, construire un projet, réaliser un spectacle très justement nommé "Going Home". Dorcy Rugamba n'est pas seul en scène; il a pour partenaires deux formidables acteurs-musiciens-compositeurs: Vincent Cahay (piano et batterie) et François Sauveur (violon et guitare).

Le parcours de Michalak est raconté simultanément en paroles et en musique, illustré en images par le matériel vidéo tourné en Ethiopie sur un écran géant, aussi toile de fond qui peut prendre des allures de frontière nord-sud par un grand filet tiré par devant, par des jeux d'ombres où les silhouettes des Blancs... deviennent noires.

De bonnes idées pour le fond, une scénographie appropriée, une excellente direction d'acteurs : le résultat est un spectacle qui touche mais pas seulement ; qui fait réféchir et donne subsidiairement envie de connaître un pays qui garde encore ses secrets



Source : www.ruedutheatre.eu Suivez-nous sur twitter : @ruedutheatre et facebook : facebook.com/ruedutheatre
Bruxelles - "Toernee General", Bruxelles et Festival de Liège - Belgique Du 03/02/2015 au 14/02/2015 à ma-sa: 20h30 - me: 19h30 Théâtre National Boulevard Emile Jacqmain B-1000 Bruxelles, Bruxelles Téléphone : 022034155. Site du théâtre

Premières dates de tournée: Les 17 et 18/02/2015: 20h15 au Festival de Liège - Le 19/02/2015: 19h dans le cadre de "Factory" - Salle B9, St-Luc, Liège

Réserver   Avignon Du 07/07/2016 au 27/07/2016 à 10h45 ; relâche 13 & 21 Théâtre des Doms 1bis, rue des Escaliers Sainte-Anne. Téléphone : 04 90 14 07 99. Site du théâtre Réserver  

Going home

de Vincent Hennebicq

Théâtre
Mise en scène : Vincent Hennebicq
 
Avec : Vincent Cahay, Dorcy Rugamba, François Sauveur

Scénographie, lumière: Fabrice Murgia, Giacinto Caponio
Vidéo: Olivier Boonjing
Création sonore, régie son: Cédric Otte
Stagiaire assistante: Lola Chuniaud
Costumes: Emilie Jonet
Régie générale: Romain Gheudré - Régie lumière, vidéo spectacle: Jody De Neef - Régie vidéo création: Mathieu Bourdon -Stagiaire lumière: Ondine Delaunois - Stagiaire vidéo: Mélanie Duee

En français avec surtitres en néerandais - Traduction néerlandaise: Scarlet Tummers

Durée : 1h10 Photo : © Emilie Jonet - François Delbouille  

Création-production: Théâtre National, Bruxelles, KVS, Festival de Liège.
Coprésentation:  KVS, Théâtre National (Bruxelles)
Coproduction: Théâtre National, Bruxelles/KVS, Brussel/Festival de Liège (BE)
Soutien : La Chaufferie-Acte1 - pratiques théâtrales, recherche & développement .

Revoir: http://ruedutheatre.eu/article/2059/tribuna-a-l/