Publié le 4 août 2013
Autobiographie slamée, le spectacle de Mochélan colle à la réalité. Lui et son complice musicien Rémon tracent le portrait d’une ville industrielle en déclin mais cependant susceptible d’avenir. Ils dénoncent et espèrent. Image vivante d’une jeunesse qui conteste et croit au changement.

Rap et slam auraient pu n’être que des modes éphémères.  Ils sont devenus des modes d'expression. L’un et l’autre un peu confondus se sont répandus avec le ‘street art’ auquel appartient la culture hip-hop. Ils correspondent, entre autres, à la possibilité pour une parole libre de devenir le vecteur de revendications, de descriptions de situations socio-économiques difficiles, de contestations politiques.

Le support de cette oralité écrite est un langage considéré comme matériau sonore jouant avec les mots. D’où son rattachement à la poésie et sa propension aux rimes, allitérations, anaphores, assonances, échos, accumulations et autres répétitions. Ce nouvel art de la parole cherche à convaincre à travers la provocation, le ressassement, l’accusation et parfois l’utopie. Il donne langue à ceux qui ne possèdent pas assez de vocabulaire pour exprimer leur vie.

Lucidité acide et espérance vive

De même que Scylla et BX Vibes ont revendiqué leur appartenance à Bruxelles, Mochélan et Rémon revendiquent leur enracinement à Charleroi. Ils en disent la misère urbaine économique et psychologique, la pollution écologique et morale, les soubresauts de délinquance et de scolarité rugueuse. Ils en extraient aussi les potentialités contenues dans le tissu humain liés aux racines locales et régionales.

Car même si le « carnet de rimes face à cette mascarade est pathétique », vivre c’est agir et aller de l’avant. Et la forme du spectacle « Nés poumon noir » colle au propos. Mochélan dit, rappe, scande les mots cherchant à éviter la monotonie vocale de certains de ses confrères. Rémon Jr - nourri de Ray Charles, Keith Jarrett, Vangélis… - manipule ses claviers, ses pads, son harmonica pour en tirer des rythmes obsédants mais aussi pour mêler la musique actuelle et des allusions au classique puisque le futur vient du présent autant que du passé.

En complément au déluge verbal, le travail visuel apporte des images fortes. Mis en vidéo par l’inventif groupe Dirty Monitor, il s’empare des créations de Juliette Delpech. Elle ne renie pas plus les planches anatomiques illustrant les livres de Buffon (1707-1788) que les productions du vidéaste Pierrick Sorin (1960), des bédéistes Frédéric Coché ou Jiro Taniguchi.



Source : www.ruedutheatre.eu Suivez-nous sur twitter : @ruedutheatre et facebook : facebook.com/ruedutheatre
Avignon - Avignon Off Du 07/07/2013 au 27/07/2013 à 17h10 La Manufacture 2 rue des Écoles 84000 Avignon Téléphone : 04 90 85 12 71. Réserver   Charleroi - Kicks ! - Belgique Du 11/02/2014 au 14/02/2014 à 20h Eden 1 boulevard Bertrand Téléphone : 071 31 12 12. Site du théâtre Réserver   Bruxelles - Belgique Du 18/02/2014 au 22/02/2014 à 20h30 me 19h30 Théâtre National Boulevard Emile Jacqmain B-1000 Bruxelles, Bruxelles Téléphone : 022034155. Site du théâtre Réserver  

Nés poumon noir

de Mochélan

Slam Spectacle musical
Mise en scène : Jean-Michel Van Den Eeyden
 
Avec : Mochélan, Remon Jr

Assistanat à la mise en scène : Camille Husson                                                                                                             Dramaturgie : Olivier Hespel
Conception lumières : Virginie Strub
Conception sonore : Remon Jr
Graphisme : Juliette Delpech
Création vidéo : Dirty Monitor et Productions Nécessaires
Régie son : Steve Dujaquier
Régie lumières et vidéo : Wenceslas Kabore

Durée : 1h Photo : © Leslie Artamonow  

Production : L’Ancre (Charleroi)
Coproduction : L’Eden – Centre culturel régional (Charleroi), Productions
Nécessaires 
Soutien : Théâtre National (Bruxelles), Maison de la Culture (Tournai), Échevinat de la
Culture (Charleroi), Présence et Action Culturelles (PAC Charleroi) •
Remerciements : Théâtre des Doms, Maison pour Associations (Charleroi)