Infidèles
Noël TINAZZI Paris
Contact
Publié le 18 septembre 2018
« Infidèles » ouvre le cycle consacré par le collectif tg Stan à Ingmar Bergman au Théâtre de la Bastille. Le quatuor de comédiens excelle à donner toute leur acuité aux scènes de la cruauté conjugale du metteur en scène suédois.

Habitué de la scène du Théâtre de la Bastille et du Festival d’Automne à Paris, le collectif tg Stan associé à un autre groupe anversois, de Roovers, ouvre la saison avec la première pièce du tryptique qu’il consacre à Ingmar Bergman. On l'oublie souvent mais celui-ci fut d’abord et avant tout metteur en scène de théâtre et scénariste avant de devenir l’immense réalisateur que l’on sait. Le groupe, qui se fait fort de se passer de metteur en scène, y exprime collectivement son amour pour les textes de Bergman, pour ses dialogues acérés et l’intensité jointe à la cruauté des situations qu’il distille. Bien que maîtrisant de mieux en mieux la langue française,  subsiste toujours dans la langue des acteurs un léger accent flamand qui n’est pas sans ajouter du charme à leur formidable présence scénique.

Infidèles se base sur le scénario éponyme d’Ingmar Bergman écrit en 1997 pour le film réalisé en 2000 par son actrice fétiche et compagne d’un moment, Liv Ullmann. A ce scénario très personnel, tg Stan ajoute des citations du livre autobiographique du réalisateur, Laterna Magica. Contrairement à son habitude,  Bergman s’y dépeint lui-même, retiré dans une île déserte, tentant de rassembler des souvenirs d’une vie conjugale (et d’une vie tout court) ravagée par l’infidélité.

Parsemé de quelques meubles (dont un lit, épicentre du drame), le plateau de la Bastille est délimité par un simple voile amovible qui permet de circonscrire les scènes qui se succèdent à un rythme soutenu. Entrecoupé de morceaux de musique, le spectacle, passé le démarrage un peu confus, louvoie avec habileté et humour entre les deux pôles du psychodrame et du vaudeville, tous deux esquivés de justesse.

Tout commence par la distribution des rôles par le débonnaire Frank Vercruyssen qui jouera l’amant, David.  Mais, si les rôles sont clairement assignés, chaque acteur/trice est, à un moment ou un autre, appelé à jouer d’autres personnages, dont celui de Bergman et celui du narrateur, ce dont il/elle s’acquitte avec élégance.

C’est à l’excellente Ruth Becquart qu’échoit le rôle principal, celui de Marianne, l’épouse qui se laisse progressivement tenter par une aventure avec le meilleur ami de son mari, lequel est un chef d’orchestre de réputation internationale, Marcus (Robby Cleiren). David, lui est un homme de théâtre avec lequel Marianne travaille en tant que comédienne. Mais très vite la relation s’emballe et la passion prend le dessus qui donne à l’affaire un tour irréversible. Se pose alors le problème de la garde de l’enfant que Marianne a eue de son mari, une fillette d’une dizaine d’années, Isabelle (Jolente De Keersmaeker) tiraillée entre ses deux parents. Non seulement ceux-ci se disputent âprement sa garde mais, en plus, ils l’utilisent comme un otage dans leurs stratégies respectives.

Progressivement la mécanique implacable de la déchirure se met en place avec son cortège de jalousies et de névroses incontrôlables, d’élans de générosité et d’accès de mesquineries, de grandeurs et de petitesses. Avant, inévitablement, de se perdre misérablement dans la solitude finale et l’amertume des plaies à jamais ouvertes...



Paris Du 10/09/2018 au 28/09/2018 à 20h Théâtre de la Bastille 76 rue de la Roquette. 75011 Paris Téléphone : 01 43 57 42 14. Site du théâtre

Deux autres pièce inspirées par l’œuvre de Bergman seront données cet automne au Théâtre de la Bastille par le tg Stan : L’Atelier sur le travail théâtral (du 1er au 12 octobre),  et Après la répétition, d’après son film éponyme réalisé pour la télévision (du 25 octobre au 14 novembre)

Réserver  

Infidèles

de d'après Ingmar Bergman

Théâtre
Mise en scène : Collectifs tg Stan et de Roovers
 
Avec : Ruth Becquart, Robby Cleiren, Jolente De Keersmaeker, Frank Vercruyssen

Technique : tg STAN et de Roovers
Costumes : An D’Huys
Lumières : Stef Stessel

Durée : 2h10 Photo : © Stef Stessel