Noël TINAZZI Paris
Contact
Publié le 29 juin 2017
Reprise à la Villette de la pièce emblématique de Wim Vandekeybus, « In spite of wishing and wanting ». Douze hommes sur un plateau aux prises avec leurs rêves et leurs pulsions.

Ils sont douze à caracoler sur le plateau nu, plus ou moins gracieux, vifs, débridés. Près de vingt ans après, le spectacle chorégraphié en 1999 par le flamand Wim Vandekeybus, « In spite of wishing and wanting », est recréé à la Villette avec le Théâtre de la Ville hors les murs. Et remet en selle la question de l’inconscient, de la lutte entre le désir et la volonté.

Pour la première fois depuis la création de sa compagnie, « Ultima Vez », en 1987, le chorégraphe se décidait à ne mettre en scène que des hommes pour questionner leur identité masculine tiraillée par les pulsions. Avec une économie de moyens scéniques, une meute d’humains se coursent, s’empoignent, se mesurent, s’affrontent, s’enroulent, se caressent… dans des ensembles étourdissants, des duos enveloppants ou des solos inspirés où s’effacent les limites du soi. 

Très diverse d’origine et de constitution, la nouvelle équipe réunie par le chorégraphe avec des artistes venus des arts martiaux et du cirque s’ébat dans le petit jeu de l’identité où chacun fantasme sur une part mystérieuse de lui-même. Les rôles sont distribués par un « vendeur de paroles » qui attribue à chacun une partition : petite éponge au fond de l’eau, poisson, dromadaire ou princesse en robe longue…  La musique de David Byrne, écrite tout spécialement pour le spectacle, scande les pulsations de cette « pièce totale » qui pulvérise les limites du réel.

Des projections intermittentes de courts métrages tournés spécialement par Vandekeybus, intitulés « The last words », ponctuent la narration, mises en images de récits courts de Julio Cortazar, « Cuento sin moraleja » et « Acefalia ». Films artisanaux sur un « marchand de cris », contes truculents à la Pasolini, un rien désuets, gardant l’empreinte de l’époque de la création avec les danseurs d’alors. 

Un peu trop bavard parfois, dans cette Tour de Babel où s’entrecroisent plusieurs langues, le spectacle réserve quelques très beaux moments d’énergie foudroyante.

In spite of wishing and wanting
Paris Du 28/06/2017 au 02/07/2017 à 20h30 Théâtre Paris-Villette 211 Avenue Jean Jaurès Téléphone : 01 40 03 72 23. Site du théâtre

Dimanche à 17h

Réserver  

In spite of wishing and wanting

de Wim Vandekeybus

Danse
Mise en scène : Wim Vandekeybus
 
Avec : Rob Hayden, Eddie Oroyan, Yassin Mrabtifi, Guilhem Chatir, Grégoire Malandain, Luke Jessop, Luke Murphy, Flavio d’Andrea, Knut Viks tröm Precht, Cheng-an Wu, Baldo Ruiz

Scénographie : Wim Vandekeybus

Costumes : Isabelle Lhoas

Lumières : Francis Gahide, Davy Deschepper

Son : Bram Moriau

Plateau : Tom de With

Durée : 1h50 Photo : © Dany Willems