Noël TINAZZI Paris
Contact
Publié le 16 mars 2016
« La Mer », comédie grinçante d’Edward Bond, entre au répertoire de la Comédie française. La mise en scène d’Alain Françon, secondé par la scénographie lumineuse de Jacques Gabel, découpe la pièce en vignettes de BD vieillotte. Le rire le dispute à l’angoisse dans le microcosme étouffant d’un village anglais au bord de la Mer du Nord, au début du XXème siècle.

Créée en 1973, « La Mer » occupe une place à part dans l’œuvre d’Edward Bond. Romanesque, comique et tragique à la fois, elle touche à tous les thèmes qui traverseront ensuite l’œuvre de l’auteur britannique sans s’attarder sur aucun : la division sociale, la guerre, la déshumanisation de la modernité… Quasiment inconnue en France, la pièce, désormais ancienne, inscrite au répertoire de la Comédie française depuis 2011 sans y avoir été donnée, y fait son entrée officielle, portée par Alain Françon.
Familier de la troupe du Français, qu’il retrouve pour la septième fois, Françon l’est aussi de l’œuvre d’Edward Bond qu’il a défendue de la Colline au Festival d’Avignon en passant par Saint-Denis. La pièce convoque une troupe fournie (pas moins de 17 comédiens), menée par Cécile Brune qui joue avec une grande présence le personnage principal (de la pièce et de la communauté villageoise), Louise Rafi, grande bourgeoise autocratique.  Alain Françon divise la pièce en tableaux très contrastés qui semblent autant de vignettes de BD à la Tardi, période « Adèle Blanc-Sec ».
Remarquable, et très réussie, la scénographie de Jacques Gabel manie avec habilité et subtilité les nouvelles technologies. Notamment pour simuler avec vraisemblance les mouvements de la mer, imperceptibles par temps calme ou au contraire déchaînés sur la plage de la petite ville anglaise de la mer du Nord où se situe l’action, quelques années avant la première guerre mondiale (de loin en loin s’entendent des coups de canons des navires en répétition générale).
La comédie commence par une tragédie : un naufrage en pleine nuit. Un homme échoué sur la grève appelle à l’aide, c’est Willy (Jérémy Lopez), qui cherche la trace de son ami, Colin, disparu dans la tourmente. Quand le jour se lève, on se retrouve dans un village paisible baigné par la mer. Tout y est immuablement en place depuis des lustres, sous la domination de Mrs Rafi, virago calamiteuse qui martyrise son monde. A commencer par le marchand de tissus, Hatch (Hervé Pierre) qu’elle fait tourner en bourrique en lui faisant renvoyer ses commandes.
Un peu fêlé, ce Hatch et complétement parano. Il s’imagine que Willy est l’assassin du disparu. Et que des envahisseurs venus d’ailleurs sont en train de prendre le contrôle de la planète (suivez mon regard vers les migrants d’aujourd’hui). Violent à ses heures, le boutiquier finit par entraîner dans son délire les prolétaires du village (suivez mon regard vers l’extrême droite d’aujourd’hui).
Pour être psychorigide, madame Rafi n’en a pas moins des loisirs. En l’occurrence, une pièce de théâtre de sa composition, sur le thème du mythe d’Orphée. Bien entendu, elle s’attribue le meilleur rôle et se couvre de ridicule en menant sa troupe de petites bourgeoises oisives à la baguette. Entre autres, sa dame de compagnie qui rêve de revanche sociale. 
Coincé dans le village le temps que se mène l’enquête de police, Willy promène un regard désabusé sur ce petit monde, passant de l’un à l’autre des groupes qui le composent et s’accordant de temps en temps une respiration en allant bavarder avec Evens (Laurent Stocker), l’ermite ivrogne qui habite sur la plage et observe tout sans en tirer les conséquences. Point d’orgue du spectacle, la dispersion des cendres du défunt sur la grève, avec harmonium et surenchère sur les chants religieux.
Quelle échappatoire à cet univers asphyxiant, sinon la fuite ? C’est ce que va faire Willy, encouragé par Evens. Non sans emmener avec lui Rose, la fiancée du disparu, trop contente, elle aussi, de filer … à l’anglaise.

La Mer
Paris Du 05/03/2016 au 15/06/2016 à 20h30 Comédie Française, Salle Richelieu 1 Place Colette, 75001 Paris Téléphone : 08 25 10 16 80. Site du théâtre Réserver  

La Mer

de Edward Bond

Mise en scène : Alain Françon
 
Avec : Cécile Brune, Eric Génovèse, Laurent Stocker, Elsa Lepoivre, Serge Bagdassarian, Hervé Pierre, Stéphane Varupenne, Adeline d'Hermy, Jérémy Lopez

Nouvelle traduction : Jérôme Hankins

Scénographie : Jacques Gabel

Costumes : Renato Bianchi

Lumières : Joël Hourbeigt

Musique orginale : Marie-Jeanne Séréro

Durée : 2h05 Photo : © DR