Démons me turlupinant
Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 21 janvier 2015
Les mots dits et les mots non-dits - outre qu'ils constituent un matériau riche pour une psychanalyse - sont un autre trésor quand le psy est un amoureux du beau et bon langage !

Le psychanalyste-essayiste-anthropologue-écrivain s'appelle Patrick Derclerck et son écriture est faite de mots où chacun est riche de sens, à savourer en lecture silencieuse ou à voix haute, partagée ou solitaire, et même ici en une version théâtrale proposée par deux comédiens conquis et enthousiastes...

D'entrée, c'est la lecture décontractée, "en bord de scène*" d'un chapitre du livre: "Démons me turlupinant" par un "lecteur d'un soir" (qui se trouve être un professionnel de la chose !). Ensuite, les deux comédiens, Brice Mariaule et Hervé Piron, vont s'emparer du matériau-texte et cette fois ils ne lisent pas, mais tout aussi décontractés, ils seront des doubles de l'auteur, ils vont l'incarner véritablement, y compris en ses facettes contradictoires.

Il se déplacent avec une remarquable agilité sur un plateau littéralement débordant de livres...Tout en racontant des faits, les anecdotes d'une vie, et émettant des réflexions sur la psychanalyse qui paraissent impromptues, ils vont s'occuper de ranger les bouquins éparpillés sur le sol, dans les rayonnages d'une immense bibliothèque formant le décor/fond de scène. Trouvaille du scénographe Stéphane Arcas qui demande de la part de ces acteurs un bel effort de concentration (sans que leur dynamisme en pâtisse) pour réussir ce qui va former au final (et sans que l'on s'en rende compte)... un tableau, un portrait d'artiste.

C'est à la fois la reconstruction d'une peinture existante et celle d'une vie, puisque le roman est largement autobiographique, instrospectif plutôt, avec une belle écriture, simple mais élégante, soutenue par le dynamisme d'une mise en scène sans faille et des acteurs d'un naturel parfait.

S'écartant du "récit de vie", de "l'autofiction", survient une séquence où l'on revisite le mythe et l'histoire d'Oedipe, façon conteur populaire, suivie d'explications pour le moins désacralisantes, qui les transforment en un fait-divers à commenter sous un éclairage analytique contemporain.  

Démons plus farceurs que réellement dangereux...

"Démons me turlupinant", est le titre d'une oeuvre du peintre belge James Ensor, à qui Declerck a consacré un chapitre de son roman. Il fait partie des souvenirs d'enfance de l'auteur: une grand'mère très particulière, un père autoritaire, une famille à fuir...  ce sont les démons - autres que les mots pour les dire, et que l'écriture - qui turlupinent l'auteur.

Et aussi, bien sûr, son métier de psychanalyste, son vécu de patient et d'analyste, la réflexion sur ce qu'est cette science dont le récit oedipien antique enrichi de commentaires analytiques apporte une illustration concrète...

Le fait que l'on ne se prenne pas la tête au long de près de deux heures alors que la psychanalyse, qui effraie parfois, est un thème très présent, n'est pas l'un des moindres mérites de ce spectacle léger et profond à la fois.

Bruxelles - Belgique Du 06/01/2015 au 24/01/2015 à Du Ma au Sa: 20h30 Rideau de Bruxelles Rue Goffart, 7a, 1050 Ixelles-Bruxelles Téléphone : 32.(0)2.7371601. Site du théâtre Réserver  

Démons me turlupinant

de Patrick Declerck

Théâtre
Mise en scène : Antoine Laubin
 
Avec : Brice Mariaule, Hervé Piron (et les lecteurs d'un soir)

Assistanat à la mise en scène: Laurie-Anne Vanbléricq
Adaptation et dramaturgie: Thomas Depryck sur un concept de Antoine Laubin
Scénographie: Stéphane Arcas
Création lumière: Margareta W. Andersen
Construction scénographique: Claude Panier
Direction technique, régie: Gaspard Samyn - Régie plateau: Olivier Vincent

Durée : 1h50 Photo : © Alice Piemme / AML  

Création:"De Facto"                                                                                                                                                Diffusion Habemus Papam, Cora-Line Lefèvre
Coproduction: De Facto/ Rideau de Bruxelles.
Soutiens: Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Service du Théâtre.

Lire : Patrick Declerck, "Démons me turlupinant", Paris, Gallimard, 2012 (Prix Rossel)

Variantes : Les "lecteurs d'un soir" annoncés sont : Ludovic Barth, Michel Collige, Axel Cornil, Michael Delaunoy, Frédéric Dussenne, Philippe Grand'Henry, Eno Krojanker, Denis Laujol, Jérôme Nayer, Stéphane Olivier, Benoit Piret, Claude Schmitz, Christophe Sermet, Vincent Sornaga, Baptiste Sornin, Renaud Van Camp et Pierre Verplancken.

Rencontres :*Qu'ils s'appellent "Bord de scène" ou, ici au Rideau de Bruxelles, "Débat du bout du bar", les échangees entre l'équipe du spectacle et les spectateurs qui y ont assisté se sont multipliées ces dernières années. S'y ajoutent aussi l'un ou l'autre invité spécialiste du thème abordé.