Anne-Sophie PREVOST Paris
Contact
Publié le 2 novembre 2014
Avec en guise de titre l'assertion que Margaret utilisait en 1979 pour justifier le capitalisme, la compagnie "Troisième génération" raconte l'histoire d'une jeunesse désenchantée face à tous les totalitarismes. Un spectacle récompensé par le 1er Prix du Plateau du Groupe Geste(s).

Un jeune couple sans le sou décide de fuir le monde qui l’entoure pour recommencer une autre vie ailleurs. Tout à leur bonheur, les amoureux organisent leur fuite mais se retrouvent sans cesse interrompus. La même scène tourne en boucle avec les actualités télévisées en toile de fond. La seconde guerre mondiale, les années Thatcher ou la chute du mur de Berlin, l’histoire se répète tandis qu'ils se préparent inlassablement à échapper à ce chaos, à moins que...

There is no alternative utilise peu de mots et mêle théâtre gestuel, mime, danse et acrobatie. Par le langage du corps, infiniment efficace, ces comédiens nous transportent dans le temps. Un geste, un masque ou une musique suffisent à évoquer la Grande Histoire dans laquelle se joue la petite histoire de ce couple d'amoureux.

La compagnie 'Troisième génération' nous montre le fruit d’un travail minutieux sur le corps. Dans cette mise en scène de Sergi Emiliano i Griell, six comédiens, venus de tous pays, cherchent un langage universel : celui du corps. Et ils le trouvent grâce à leur talent et à des attitudes d’une extrême précision pour dénoncer avec froideur et émotion les pages sombres de l’histoire européenne.

There is no alternative
Paris Du 15/10/2014 au 19/10/2014 à 21h15 Théâtre de Belleville 94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris Téléphone : 0148067234. Site du théâtre Réserver  

There is no alternative

de Cie Troisième Génération

Théâtre
Mise en scène : Sergi Emiliano i Griell
 
Avec : Maria Cadenas,Agnès Delachair,Sergi Emiliano i Griell,Arianna F. Grossocordon,Guillaume Le Pape, Mattia Maggi

Masques : Julie Bossard

Scénographie: Rafael Fuster

Éclairage : Laurent Labarrere

 

Durée : 1h00 Photo : © Luc Barrovecchio