Les Mille et Une Nuits
Suzane VANINA Bruxelles
Contact
Publié le 2 octobre 2013
On connait le rôle pédagogique que jouent les contes, d'autant plus probant qu'ils sont anciens et charrient les grands thèmes et problèmes de l'humanité. Alors, quand mille et un personnages s'agitent dans la tête d'un seul homme..., quand mille et une nuits se télescopent en une seule..., nous sommes bien au 21ème siècle et la violence se transforme en promesse d'amour apaisé.

Après une sorte de prologue un peu confus, on comprendra peu à peu l'enjeu et les intentions de la metteure en scène, Dominique Serron et des adaptateurs (elle-même et Vincent Zabus). Les Mille et Une Nuits et leurs personnages sont dans la tête d'un adolescent attardé, un homme paumé au passage de la quarantaine et à qui il ne faudra heureusement pas mille nuits pour se découvrir et mûrir.

Cela commence donc, malgré costumes et ambiance, non pas dans des temps révolus, mais dans une vieille bibliothèque transformée en loft où viennent d'emménager Laurent/Laurent Capelluto et Laure/Laure Voglaire, couple moderne qui pend ainsi la crémaillère avec une bande d'amis. La fête sera gâchée par une scène de jalousie de Laurent, qui fera fuir tout le monde sauf son obligeant épicier, monsieur Ibrahim, lui proposant herbe et gâteaux calmants. La chute bienheureuse d'un certain bouquin viendra providentiellement rattrapper le fâcheux incident...

Ce livre était bien connu de Laurent enfant et, quand il le retrouvera, le relira, quelques-uns des contes parmi non pas les plus connus mais les plus appropriés vont se matérialiser et leurs personnages prendront parfois les traits de familiers du héros de cette grande catharsis, cette épopée, cette Quête... virtuelle. Il était parti à la recherche de sa femme, il se découvrira lui-même.

Le récit-cadre en deux mots : le roi Schahryâr est en colère contre toutes les femmes parce que sa favorite l'a trompé. Poussé par son frère (cocu comme lui), il décide, pour éviter désormais pareille atteinte à son honneur, qu'il fera tout bonnement tuer sa partenaire d'une nuit au petit matin. Au fil du temps, comme il exige uniquement des vierges, il ne restera plus que la fille de son vizir, l'intrépide Shéhérazade... On verra alors comment non seulement elle aura la vie sauve, parviendra à l'honneur ultime d'épouser le roi dont la haine s'est changée en amour, mais comment elle lui aura appris à se débarrasser de sa méfiance générale et à reconnaitre le bonheur de vivre, pour lui, pour tous.

Un impressionnant nombre de costumes et de personages

Un nombre impressionnant de costumes luxueux va habiller, d'abord les invités de la fête mais aussi princesses et favorites, djinns, khalifes, pêcheurs et marchands. Tout aussi impressionnant sera le dispositif ingénieux de Ronald Beurms modulable à l'envi (avec une remarquable fluidité pour une bibliothèque ancienne !).

Nombreux sont les acteurs et actrices. Et encore plus nombreux les rôles divers qu'ils endossent ! Ils sont tous à féliciter : Denis Bechoux, Patrick Brüll, Claudia Bruno, Jasmina Douieb, Stefan Ghisbain, Pauline Holsbeek, Laura Hoogers, Vincent Huertas, Colline Libon, Vincent Zabus. Mais il faut reconnaître une fois encore - outre le beau trio principal: France Bastoen-Laure Voglaire-Laurent Capelluto - la présence charismatique d'Othmane Moumen, qui n'est aucunement due à un cabotinage quelconque. Quasi pensionnaire de ce théâtre, il s'est très bien intégré dans la compagnie pour un spectacle qui met en valeur le travail d'une équipe, avant tout !

Dus au talent de Renata Gorka, des coiffures et des habits "lourds": velours, fourrure... et légers à la fois : soie, voiles... Des teintes chaudes, inspirées par, entre autres peintres, Le Caravage, revêtent ici une place importante et placent bien l'Orient au centre du propos tout en échappant à l'exotisme facile. De même la musique originale de Jean-Luc Fafchamps réussit le pari d'éviter le même écueil tout en sachant être suggestive, évocatrice.

Le théâtre du Parc annonce une saison féminine, sinon féministe. Si l'oeuvre mythique est bien adaptée et mise en scène par une femme, le personnage de Shéhérazade ne va pas du tout devenir une sorte de Femen, loin s'en faut. Un autre lui vole la vedette: il s'appelle Laurent et a des états d'âme typiquement "mâle du 21ème siècle" en attente de passer un cap difficile.

On regrettera peut-être ce basculement, cette occasion manquée de mettre en valeur une femme (très moderne en fait) supérieure en intelligence qui tint tête à un puissant arabe et fournit un message universel d'amour et de tolérance. Le spectateur, lui, peut négliger sous-textes et niveaux cachés de lecture et applaudir simplement aux nombreux tableaux, dansés et colorés, qui lui sont offerts dans un grand spectacle tous publics. Du "grand spectacle", oui, mais de qualité ; ce n'est pas si fréquent !

Bruxelles - Belgique Du 19/09/2013 au 20/10/2013 à Du Ma au Sa: 20h15 Théâtre royal du Parc 3 rue de la Loi, Bruxelles Téléphone : +32(0)2.505.30.30. Site du théâtre Réserver  

Les Mille et Une Nuits

de Dominique Serron et Vincent Zabus (adaptation théâtrale)

Théâtre
Mise en scène : Dominique Serron
 
Avec : France Bastoen, Denis Bechoux, Patrick Brüll, Claudia Bruno, Laurent Capelluto, Jasmina Douieb, Stefan Ghisbain, Pauline Holsbeek, Laura Hoogers, Vincent Huertas, Colline Libon, Othmane Moumen, Laure Voglaire, Vincent Zabus

Assistanats: Valentin Demarcin, Florence Guillaume - stagiaire: Antoine Cogniaux
Scénographie: Ronald Beurms - Menuisiers: Yahia Azzaaydi, Shaban Rexhep, Patrick Cautaert
Costumes: Renata Gorka - Réalisation: Chloé Dilasser, Elise Abraham, Sarah Duvert, Agathe Meziani
Lumière: Nicolas Olivier
Création Musicale: Jean-Luc Fafchamps, Aldo Plateau - Musiciens: Kriestien Ceuppens, Emre Gültekin, Yassir Bousselam, Gauthier Lisein - Voix : France Bastoen, Martine Kivits - Prise de son: Pierre Laterre
Maquillages, coiffures: Véronique Lacroix - stagiaires: Aurélie Delsaut, Pauline de Maleingreau, Mélusine Pirotte - Habilleuse: Elise Abraham
Réalisation film: Nadia Benzekri
Direction technique, régies: Gérard Verhulpen, David Lempereur, Noé Francq, Jérémy Vanoost, Céline Vannieuwerburgh
Accessoiriste: Zouheir Farroukh

Durée : 2h45 (entracte compris) Photo : © Isabelle De Beir  

Création: "L'Infini Théâtre"
Coproduction: Théâtre du Parc/L'Infini Théâtre
Soutien : Fédération Wallonie-Bruxelles/Service du Théâtre, Echevinat de la Culture de la Ville de Bruxelles

Lire : télécharger Les Mille et une nuits : http://www.lepetitmondecozillon.fr/2011/06/les-mille-et-une-nuits-a-telecharger-gratuitement-au-format-pdf/ ; télécharger l'équivalent européen Le Décaméron http://www.ebooksgratuits.com/html/boccace_decameron.html

Visiter : le site de la compagnie : http://infinitheatre.be/