Madame Bovary
Michel VOITURIER envoyé spécial à Huy
Contact
Publié le 23 août 2010
Le roman de Flaubert est un classique des études secondaires. Pas sûr néanmoins que tous les étudiants l’aient lu ou aient eu envie de le lire. Ce résumé interprété avec délicatesse par des figurines minuscules dans des décors de maquettes titille le désir de retourner vers le livre.

Qui ne connaît l’histoire d’Emma, obsédée par l’idée de vivre un amour passionné comme dans les romans qu’elle a dévorés, qui se retrouve mariée à un veuf borné, insipide, dépourvu de la moindre ambition, avant de prendre deux amants et de se suicider parce qu’abandonnée par ses séducteurs. Cette victime du romantisme élevé à la dignité de mode de vie, cette asphyxiée du mariage bourgeois conformiste a suscité bien des commentaires et des émois.

La jeune compagnie Karyatides donne du roman de Flaubert un résumé où l’essentiel de l’intrigue est conservé. Ses raccourcis cheminent à travers les grands épisodes de la fiction. Seuls demeurent les personnages clés. Mais l’ensemble du travail conserve l’esprit de l’écrivain en l’assaisonnant d’un humour au second degré, surtout perceptible dans la bande son.

Celle-ci comporte un remarquable collage de musiques, de sonorités, de dialogues en voix off, de bruits. Le clin d’œil donné au spectateur-auditeur tient à l’emprunt à des chansons de crooners anglo-saxons, à des inserts ponctuant l’action comme la phrase « Prends garde à toi » extraite de la « Carmen » de Bizet, à une sélection éclectique de moments musicaux issus du répertoire. Sans compter que la manipulatrice des protagonistes, Marie Delhaye, dialogue avec elle puisqu’elle intervient aussi directement en jouant une partie du texte.

Un condensé pour personnages miniatures

Un bijou fragile et précieux

Sur le mini plateau de ce théâtre lilliputien, des éléments de décors se plantent, disparaissent, font place à d’autres. Chacun suggère un lieu, une ambiance soutenue par des éclairages pointés pile. Une variété d’objets vient caractériser une situation, une action, un état d’âme. Tout cela surgit et s’esquive avec délicatesse, avec dextérité.

Un équilibre fragile existe entre le respect de l’œuvre originelle, son adaptation à aujourd’hui qui n’en rajoute pas même si perce une pincée d’irrévérence (Rodolphe, le premier amant, est en rocker !), le décalage qu’il y a entre des figurines et de véritables comédiens.

Les plaisirs sont panachés. Flaubert est là. Les passages attendus ne déçoivent pas : la célèbre scène du fiacre qui valut à l’auteur une condamnation pour obscénité est montrée en ombre chinoise dans un médaillon ; l’agonie d’Emma se suit à travers son étouffement dans le verre où elle but l’arsenic… La poésie naît des objets dignes d’une maison de poupées qui focalisent l’attention sur quantité de trouvailles fugaces, justes, réjouissantes.

Huy - Huy 2010 - Rencontres Théâtre Jeune Public - Belgique Du 20/08/2010 au 21/08/2010 à 10h - 14h - 8h - 20h30 École Huy 1 Quai de Compiègne   Avignon Du 08/07/2011 au 28/07/2011 à 11h Théâtre des Doms 1bis, rue des Escaliers Sainte-Anne. Téléphone : 04 90 14 07 99. Site du théâtre   Tournai - Festival découvertes, images et marionnettes - Belgique Le 02/10/2011 à 18 h Maison de la Culture Esplanade George Grard, boulevard des Frères Rimbaut, Téléphone : +32 (0)69 25 30 80. Site du théâtre Réserver  

Madame Bovary

de Gustave Flaubert

À partir de 13 ans Jeune Public
Mise en scène : Agnès Limbos
 
Avec : Marie Delhaye et les voix de Karine Birge, Milena Bridonneau, Pedro Cabanas, Paul Camus, Jean Debefve, Jean-Louis Delhaye, Estelle Franco, François Sauveur, François de Saint George

Adaptation : Françoise Lott, Marie Delhaye

Création sonore, régie son : Guillaume Istace

Création lumière, régie : Karl Descarreaux

Costumes : Françoise Colpe

Construction : Marie Delhaye, Zoé Tenret, Olivier Waterkeyn

Affiche, flyers : Antoine Blanquart

Durée : 1h00 Photo : © Yves Gabriel  

Production : Cie Karyatides

Coproduction : Cie de la Gare Centrale